​​​​© 2011/2019 par TIXIER VIGNANCOUR (email : tixier.avocats@gmail.com)

Cabinet d'avocats inscrit au Barreau de Paris  (SIRET 497.613.042.00017)

Membre d'une association de gestion agréée. Le règlement des honoraires par chèques est accepté.

CONSULTATION

SUR RENDEZ-VOUS 100€ TTC

  

01.44.76.09.20

 

 - 49, rue de la Victoire - 75009 Paris

Le Droit Immobilier constitue l'un des principaux domaines d'intervention de notre Cabinet d'avocats, dans le cadre d'un processus amiable ou d'un procès.
 
VENTE IMMOBILIÈRE

 

Acheteur ou vendeur peuvent être confrontés à un refus de l'autre partie de conclure la vente immobilière projetée alors qu'un accord sur le prix de vente avait été trouvé : une offre a été proposée par un acheteur et acceptée par le vendeur, une promesse de vente et/ou d'achat signée mais la vente authentique chez le notaire est annulée en raison de la rétractation de l'une des parties.

  

La raison de cette annulation peut tenir à la volonté de l'acheteur ou du vendeur de ne plus réaliser l'opération, à l'existence d'un éventuel vice caché découvert par l'acheteur ou à la non-obtention d'un prêt bancaire pour financer l'acquisition immobilière. 

Ces situations génèrent un contentieux important devant les tribunaux de grande instance pour savoir si la vente forcée du bien immobilier peut être ordonnée par le juge, ou si l'indemnité d'immobilisation ou la clause pénale, représentant en général 10% du prix de vente, doit être restituée à l'acheteur ou si elle est acquise au vendeur.

De la même façon, l'agence immobilière pourrait rechercher le paiement de sa commission. A l'inverse, sa responsabilité civile professionnelle (ou celle du notaire) peut être recherchée si elle a manqué à son devoir d'information et de conseil vis-à-vis de l'acheteur ou du vendeur.

Si les discussions ont été rompues avant la signature d'une promesse de vente, la partie éconduite peut chercher à voir constater une rupture abusive des pourparlers pour obtenir une indemnisation.

 

VICE CACHÉ ET DÉLIVRANCE NON CONFORME

  

Un litige peut surgir postérieurement à la signature de la vente immobilière devant le Notaire dans le cas où l'acheteur prétend que la délivrance du bien immobilier n'est pas conforme à l'acte de vente (surface habitable, raccordement, normes d'urbanisme, état parasitaire etc.) ou lorsqu'il découvre postérieurement à son entrée dans les lieux un vice caché (servitude, vice de construction, termites ou mérules) dont il n'avait pas été informé.

 

En fonction de l'importance de la non-conformité ou du vice caché, il est possible d'engager une action estimatoire, qui verra le juge procéder à une réduction du prix de vente, ou une action rédhibitoire qui verra le juge annuler la vente. Si le vendeur est un professionnel (constructeur, SCI, particulier ayant exécuté personnellement les travaux affectés du vice) ou en cas de dol  (connaissance par le vendeur du défaut), les clauses de non recours prévues aux actes de ventes sont inopposables à l'acquéreur. Une expertise judiciaire sera souvent nécessaire.

 

La responsabilité de la société ayant réalisé le diagnostic immobilier peut également être engagée.

 

CONSTRUCTION ET MARCHÉ DE TRAVAUX

Dans le cas d'une vente en l'état futur d'achèvement (VEFA), le problème rencontré peut consister en la non-délivrance conforme du bien immobilier aux plans et aux descriptifs annexés à l'acte de vente, ou à un retard de livraison.

 

Selon l'importance des défauts, l'acquéreur peut avoir la possibilité de renoncer à la vente et de se voir restituer son dépôt de garantie et ses avances. Il peut également chercher à obtenir une diminution du prix de vente, qui sera proportionnelle à la perte de valeur du bien (surface habitable diminuée, hauteur sous plafond, performance énergétique, normes d'urbanisme etc.). Les intérêts de retard seront dus lorsque le bien est livré au-delà du terme prévu dès lors que le constructeur ne peut rapporter la preuve d'un motif exonératoire.

Dans le cadre d'un marché de travaux en vue d'une rénovation, le litige peut consister en un abandon de chantier, un retard dans l'exécution du chantier, ou en un défaut dans la réalisation des travaux (garantie décennale ou dommage ouvrage). Il s'agit de savoir si le propriétaire peut refuser de payer le solde du marché, se voir restituer toute ou partie des avances payées, ou obtenir la garantie de l'assurance de l'entreprise de construction.

 

Spécialisé en droit immobilier, le Cabinet d'avocats TIXIER VIGNANCOUR vous propose de prendre rendez-vous de consultation (100€ TTC) au cours de laquelle un avocat examinera votre dossier pour vous conseiller sur l'opportunité d'engager une action judiciaire devant un tribunal.

Droit Immobilier - Honoraires indicatifs du Cabinet

 

  • Recours et suivi amiable (mise en demeure, relance et négociation) : 900€ TTC

  • Procès devant le tribunal de grande instance : à partir de 3.000€ TTC

 

Nous vous proposerons au cours du premier entretien de fixer nos honoraires en fonction des diligences à accomplir et de la difficulté de votre affaire.