​​​​© 2011/2019 par TIXIER VIGNANCOUR (email : tixier.avocats@gmail.com)

Cabinet d'avocats inscrit au Barreau de Paris  (SIRET 497.613.042.00017)

Membre d'une association de gestion agréée. Le règlement des honoraires par chèques est accepté.

CONSULTATION

SUR RENDEZ-VOUS 100€ TTC

  

01.44.76.09.20

 

 - 49, rue de la Victoire - 75009 Paris

RÉDACTION DU CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL

 

Le statut de l'agent commercial est régi par les dispositions des articles L134-1 et suivants du code de commerce, de nombreuses dispositions étant d'ordre public, c'est-à-dire que les parties ne peuvent y déroger.

Il reste toutefois possible d'aménager largement la rédaction du contrat d'agent commercial selon les spécificités du mandat à exercer et les exigences du mandant : obligation de prospection, comptes-rendus, secteur géographique, clause de non-concurrence etc.

Avant de conclure un contrat d'agent commercial, les parties auront intérêt à avoir une bonne connaissance des principales règles régissant ce statut.

Le statut de l'agent commercial se distingue de celui de l'apporteur d'affaires, lequel ne bénéficie pas des mêmes règles protectrices : il est soumis aux règles de droit commun.

Nous rédigeons régulièrement pour nos clients des contrats d'agents commerciaux ou d'apporteurs d'affaires.

RUPTURE DU CONTRAT : L'INDEMNITÉ COMPENSATRICE

 

Spécialisé dans les litiges entre agents commerciaux et leurs mandants, le Cabinet d'avocats TIXIER VIGNANCOUR les assiste régulièrement au titre de l'indemnité de rupture à laquelle l'agent commercial peut avoir droit à la fin de son contrat.

 

L’article L134-12 alinéa 1 du Code de commerce dispose qu’« en cas de cessation de ses relations avec le mandant, l’agent commercial a droit à une indemnité compensatrice en réparation du préjudice subi. »

 

L’indemnité compense la perte de toutes les rémunérations que l’agent aurait dû percevoir grâce à l’activité développée dans l’intérêt commun des parties pendant la durée de son contrat. L'indemnité de rupture est généralement fixé à deux années de commissions. Le calcul est effectué en prenant pour référence les deux ou les trois dernières années précédant la cessation du contrat.

 

En cas de résiliation à l'initiative du mandant, ce dernier devra rapporter la preuve d'une faute grave commise par son agent commercial pour échapper au paiement de l'indemnité compensatrice.

 

C’est pourquoi l’augmentation de la clientèle ou du chiffre d’affaires par l’agent commercial pendant la durée des relations contractuelles n’est pas une condition de son droit à indemnisation. Le seul manque d’efficacité (objectifs contractuels non atteints) n’est ainsi pas constitutif d’une faute grave au sens de la jurisprudence.

     
L'indemnité de fin de contrat peut se cumuler avec des dommages intérêts pour rupture abusive lorsque les circonstances de la rupture révèlent un comportement fautif du mandant, par exemple lorsqu'il lui est reproché d'avoir empêché son agent d'accomplir normalement son mandat.

 

En cas de résiliation du contrat à l'initiative de l'agent commercial, il ne peut obtenir une indemnité de rupture que si sa décision est justifiée par des circonstances imputables à son mandant ou dues à son âge, son infirmité ou sa maladie en raison desquels la poursuite de son activité ne peut plus être raisonnablement exigée. En cas de décès de l'agent, sous certaines conditions, ses héritiers peuvent également prétendre au paiement de l'indemnité de rupture.

Dans tous les cas, l'agent commercial doit faire valoir son droit à l'indemnité de rupture dans l'année qui suit la fin de son contrat, à défaut de quoi il en perd le bénéfice.

 

L'agent commercial bénéficie d'un droit de suite sur les affaires conclues après son départ en prolongement de son activité.

 

La durée du préavis de l'agent commercial est de 1, 2 ou 3 mois en fonction de la durée pendant laquelle le contrat a été exécuté.
 

REQUALIFICATION EN CONTRAT DE TRAVAIL

 

La requalification du contrat d'agent commercial en contrat de travail doit correspondre à une réalité et cette demande ne doit pas être formulée uniquement en riposte à une rupture des relations contractuelles.

 

Ainsi, l’existence d’un contrat de travail ne pourra être établie que lorsque l'agent commercial aura été placé dans un lien de subordination juridique permanente à l’égard de son mandant.

 
Les indices invoqués à l’appui d’une demande en requalification sont : l'ancienneté des relations, l’absence d’autonomie dans la réalisation des missions, l’exigence de comptes rendus réguliers, l’imposition d’horaires de travail, l’absence de liberté dans l’organisation du travail, l’absence de savoir-faire distinct, des modes de rémunération traduisant un prêt de main-d’œuvre, l’intégration aux équipes du cocontractant à travers des organigrammes, la mise à disposition de moyens matériels (bureau, carte de visite, papier à entête, ligne téléphonique, adresse électronique), et la validation des congés.

 

La requalification en contrat de travail ouvre droit à des rappels de salaire et de congés payés et, en cas de rupture de la relation, aux indemnités de licenciement, préavis, congés payés, ainsi qu’à des dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

 

Droit de l'Agent Commercial - Honoraires indicatifs du Cabinet

 

  • Rupture du contrat, recours amiable et suivi auprès du mandant (mise en demeure) : 750€ HT

  • Recours amiable et procédure judiciaire devant le tribunal de commerce : à partir de 2.500€  HT + 10% d'honoraires de résultat

  • Rédaction d'un contrat d'agent commercial : sur devis